Essai de la Nine T au Motors and Soul 2017

Essai de la Nine T au Motors and Soul 2017

S'il existe bel et bien un évènement incontournable chaque année, du côté du pays basque, rassemblant tous les hipsters dandy (qui ne sortent leur moto customisée que par grand beau, c'est bien connu) répondant au poétique nom de Wheels And Waves, il faut désormais compter sur d'autres manifestations toutes aussi intéressantes par chez nous (en région parisienne). Car ici, si nous n'avons pas l'air iodé de Biarritz, nous avons au moins des gens pleins de bonnes initiatives et de volonté. Les 2-3 septembre derniers, c'était donc la 5e édition du Motors and Soul, évènement que j'ai vu évolué au fil des années et qui se développe dans le bon sens. Pendant deux jours et dans un cadre somptueux (le château de Neuville à Gambais - 78) se déroule une concentration de belles cylindrées en tous genres. Le charme du M&S est qu'il mélange automobiles et motos de caractères. Autant vous dire que de la belle mécanique, on en voit pas mal.

De bien belles mécaniques on vous dit !

De bien belles mécaniques on vous dit !

Etant souvent à Gambais pour mes week-ends bucoliques en famille (le combo feu de cheminée + ballade en forêt, au calme avec les enfants est ultime, je vous le recommande), j'ai dans la ferme intention de venir faire un tour au M&S 2017. J'ai toujours aimé la belle mécanique et ai toujours un brin de nostalgie quand je repense à ma Thruxton que j'avais bien modifiée à l'époque (je vous ferais un article dessus tiens !). Mes envies et mes besoins m'ont poussé à changer radicalement de moto et je ne regrette aucunement ce choix. Je crois définitivement qu'il n'existe pas de moto parfaite. Chacun éprouve le plaisir de piloter dans les conditions qui lui importent (ou qu'il s'autorise). En parlant de plaisir, le mien était pour cet après-midi d'aller sur le stand de BMW pour essayer enfin cette 1200 GS. Voyez donc l'affront : le type se pointe dans un évènement à tendance "rétro ou néo-rétro" pour emprunter une moto ultra moderne, et un trail qui plus est ! 

Pour moi, cette moto représente une sorte de fantasme. Je dis souvent qu'après la GS, y'a plus rien. Et avoir cette moto trop jeune, c'est comme commencer par le dessert. Que reste t-il ensuite ? Le digeo ? le Schnaps ? Allé, je te l'accorde. "Tchin". Santé ! Mais d'après ce que j'en lis et ce que j'en entends, cette moto est un vrai plaisir à rouler et une bonne à tout faire. Au-delà des polémiques sur l'électronique, le "c'était mieux avant !" auquel j'ai aussi le droit concernant mon Tiger, et avec lequel je n'ai jamais eu un seul problème à ce niveau. Bref, la GS est pour moi La moto d'excellence qu'il me faut essayer absolument. 

La mythique Ford Mustang : ses lignes ont quelques choses de très sensuelles.

La mythique Ford Mustang : ses lignes ont quelques choses de très sensuelles.

Ambiance à bord. Back in U. S. ?

Ambiance à bord. Back in U. S. ?

C'est sous un soleil radieux que j'arrive au château de Gambais. Je m'attarde quelques temps sur les magnifiques voitures présentées ici. Je dois dire que je suis assez fan de cette Ford Mustang aux lignes pures et presque érotiques. En me penchant sur l'intérieur, je me retrouve direct propulsé dans un film américain des années 80. Quel pied cette bagnole ! Mon rêve serait de rouler avec un jour. A mettre dans ma #todolist !

Côté moto, il y a de très belles productions. Des préparations plus communes et des choses plus osées qui prennent à contre-pied certains codes du genre. J'aime ce côté dissident chez Le french Atelier qui fabrique des motos à la limite de l'œuvre d'art. L'intention artistique est tranchée et affirmée et cela fait du bien de voir ce pas de côté dans un monde où tout le monde finit par se copier inlassablement. Autre coup de cœur du côté de l'atelier Olli Motorcyles qui fait revivre certains modèles célèbres de la moto. Les préparations sont là aussi très soignées et apportent son lot de surprises dans les détails. Un travail admirable pour une équipe qui ne cesse de monter les marches. 

Un CB 750 modifié par Olli Motorcyles

Un CB 750 modifié par Olli Motorcyles

Il faut que je t'avoue que l'éventualité d'essayer la GS était l'une de mes principales envies du week-end, alors après un bon burger maison (foodtruck sur le site, évidemment) avalé autour d'une bière avec les copains, je me dirige au stand BMW. Et là, c'est la déception. Pas de GS en essai cette année. Mais qu'à cela ne tienne. Je ne vais pas bouder mon plaisir et je prends alors rendez-vous le lendemain pour l'essai de la "Nine T Pure". Celle-là aussi elle en envoie du rêve. Je l'avais découverte au Salon de la Moto en 2015. A l'époque il n'y avait que le modèle "Pure". Désormais, la gamme s'est agrandie et offre deux versions supplémentaires très réussies : la Scrambler et l'Urban (un beau clin d'oeil à la R80 GS de l'époque). 

N'est-ce pas une belle invitation à rouler ?

N'est-ce pas une belle invitation à rouler ?

Le lendemain matin, je me présente donc pour réaliser l'essai de la Nine T. C'est parti pour une heure de "ride", comme on dit, sur les routes de la Vallée de Chevreuse. Premier sentiment : c'est petit. Evidemment, le gabarit et la position de conduite sont différents de mon Tigre. J'ai l'impression d'avoir un vélo entre les pattes. C'est un peu déroutant. Mais premier sourire au bout de quelques mètres : la sonorité du moteur est vraiment très sympa. Deuxième banane, la partie cycle est un vrai plaisir. Les petits virages des routes de campagne s'enchaine sans difficultés particulières. C'est d'ailleurs très joueur cet engin ! On a envie de tirer rapidement sur la bécane, mais il faut garder la tête froide. Par contre, je ne sais pas si c'est mon grand âge (déconne pas, je n'ai que 35 piges !) où l'habitude des suspensions WP de ma moto, mais qu'est ce que c'est tape-cul ! 

La BMW R Nine T Pure, c'est une sacrée bécane même si je m'attendais à plus de puissance. Finalement ma Tiger n'est pas ridicule face à cette 1200 cc !

La BMW R Nine T Pure, c'est une sacrée bécane même si je m'attendais à plus de puissance. Finalement ma Tiger n'est pas ridicule face à cette 1200 cc !

Petit arrêt pour faire quelques photos et pour mieux étudier la ligne de cette BM. Faut avouer que le design, très épuré, est une vraie réussite. Tellement épuré, d'ailleurs, qu'il n'y a que le strict minimum sur le tableau de bord. Exit les infos telles que jauge à essence, témoin de rapports engagés. Pour le prix, je trouve cela vraiment limite. Je suis arrivé au terme de l'essai. Cette pause un peu hors du temps m'a fait grand bien et j'ai passé un bon moment en compagnie de cette Nine T Pure. Lorsque je remonte sur mon Tiger, je suis encore plus satisfait de piloter ma moto. Force est de constater qu'une Nine T n'est pas adaptée à ce que je recherche aujourd'hui dans la moto. Le confort qu'offre ma Triumph est d'un niveau bien supérieur. Reste la question de l'esthétique. Eh bien tu sais quoi, je trouve cette Nine T très chouette et bien sûr encore plus l'Urban ou le Scrambler. Mais un trail comme le Tiger, l'Africa Twin et bien sûr la GS me font sacrément de l'effet. Mais ne comparons pas un roadster et un trail. Pour bien faire, il aurait fallu que j'essaye cette 1200 GS. Mais ne t'inquiète pas, je ne la perds pas de vue. J'y arriverais bien un jour... 

Petit clin d'oeil avec cette Kawasaki 1000 GT-R qui fut la première moto de mon père avant de passer, rassure-toi, sur une GS de 2008 (qu'il a toujours d'ailleurs). Séquence nostalgie. J'avais 13 ans.

Petit clin d'oeil avec cette Kawasaki 1000 GT-R qui fut la première moto de mon père avant de passer, rassure-toi, sur une GS de 2008 (qu'il a toujours d'ailleurs). Séquence nostalgie. J'avais 13 ans.

March Moto Madness, édition 2018

March Moto Madness, édition 2018

Chronique d'un roadtrip (presque) raté

Chronique d'un roadtrip (presque) raté