Chronique d'un roadtrip (presque) raté

Chronique d'un roadtrip (presque) raté

C'est l'histoire d'un mec qui se prévoit un petit roadtrip à moto avec son frère et son paternel depuis environ six mois. Au menu, notre belle France encore et toujours : l'Auvergne, l'Aveyron et le Lot. Le packtage est bouclé Chef ! Et une même une semaine avant le départ ! Les pneus neufs sont prêts à bouffer de l'asphalte, et surtout les clients ont été avertis depuis deux mois de cette petite escapade et par conséquent, tous les projets ont été consciencieusement terminés à temps. Il y a d'ailleurs peut-etre là une explication à ce qui m'est arrivé mais... je m'égare. Bref, Roulez jeunesse !

Sauf que parfois, le destin te joue des tours. Voilà que deux jours avant le départ, le mec tombe malade. Bien malade même ! Le genre de crève que t'attrape en hiver et qui te prend tes dernières forces et t'oblige à rester au lit pour 48h. On appelle cela la Maladie des Vacances. Sauf que nous sommes en plein mois de juin, par 35°C degrés à l'ombre... C'est la guigne ! Force est de constater que le roadtrip semble compromis. Se taper 6h de bécane en toussant non-stop dans le casque n'augure rien de bon et risque de faire passer ces moments de plaisirs intenses comme une véritable punition. Allé, on prend une bonne inspiration et on lâche prise ! Plus facile à dire qu'à faire. Le mec prudent, annule tout, la mort dans l'âme. Cela sera pour une prochaine fois se dit-il ? Bon allé, tu m'auras reconnu, non ? Je veux bien sortir de ma zone de confort, mais j'ai des limites et pas question de partir sans être en forme un minimum et prendre le moindre risque supplémentaire en conduisant.

Pour me consoler, je regarde les photos des copains qui, eux, sont bel et bien partis sans encombre par une météo magnifique. Après avoir lu le quatrième article du Motarologue relatant son voyage à l'est, s'en est trop ! Même si l'Auvergne est annulé, il faut partir coûte que coûte dès que mon état de santé s'est amélioré. Même 2-3 jours... il me faut absolument voir du pays et déconnecté du quotidien. En deux coups de fil au paternel, c'est décidé : nous irons sur la presqu'île du Cotentin, une région que je ne connais pas du tout et dont on m'a souvent parlé. Quoi de mieux alors que d'y aller pour se faire son propre avis ?

Je pars donc un peu plus en forme et plus reposé. Il fait très chaud et je dois rejoindre mon père en fin de journée à Bayeux pour une première étape chez des amis. C'est la première fois que je prends la moto (pour un voyage) avec une telle chaleur. Sur Paris, il fait déjà 37°C ! Après m'être engouffré dans l'enfer de l'A86 en interfile, la pollution me prend à la gorge. Voilà qui n'arrange pas mon affaire. Les 300 km vont être assez épuisants. Il fait tellement chaud que je ne peux pas fermer la visière de mon casque intégral, sous peine d'étouffer littéralement. Je roule donc visière entrouverte pour le plaisir de mes oreilles. Acouphènes garantis à l'arrivée ! Malgré mon ensemble Scott Dual Raid super aéré, j'arrive véritablement trempé à Bayeux. Une bonne douche, un apéro et demain est déjà un autre jour. Même ici, il fait une chaleur improbable et la nuit est éprouvante. 

C'est parti pour la découverte de la région. Il fait déjà 25°C à 10h00 du matin, mais nous allons longer la côte. Je pense que l'air marin va nous apporter un peu de fraîcheur. Nous passons obligatoirement par tous les lieux en mémoire de la Seconde Guerre : Carentan, Utah Beach, et des mémoriaux en veux-tu, en voilà. C'est un véritable attrait touristique et aussi un vrai business qui s'est développé. Premier arrêt sur Utah Beach. La mer est calme, le soleil cogne dur et tout semble paisible. Difficile de se dire qu'ici, des millions d'hommes ont perdu la vie.
Nous continuons notre chemin direction le pointe Est du Cotentin. Le paysage est plus intéressant, plus sauvage et surtout un peu plus varié. Je respire à plein poumon l'air iodé du large et cela me fait le plus grand bien.

Le phare de Gatteville est un endroit incontournable à voir.

Le phare de Gatteville est un endroit incontournable à voir.

La mer est d'une couleur vert émeraude et j'ai parfois l'impression de reconnaître des paysages du sud de la France. Avec ce soleil, les similitudes sont trompeuses, car la Manche est tout de même un peu plus fraîche que la Méditerranée. Mais pour l'heure, le thermomètre de ma moto indique 32°C et je me jetterais bien tout habillé dans la flotte. Surtout que le Tiger me balance la chaleur du moteur direct sur les jambes. C'est vraiment le gros point noir de cette moto. Elle chauffe beaucoup trop ! 

Nous arrivons sur Cherbourg qui n'a pas vraiment d'intérêt et je n'ai aucune envie de m'attarder en ville. Nous décidons de nous arrêter rapidement pour manger dans un restaurant qui a comme seul point positif d'avoir la clim' et des glaçons. Après s'être donc restaurés, nous partons direction l'extrémité Ouest : le cap de la Hague en passant par le nez de Jobourg et la pointe du Gourry. Et là, j'en prends plein les yeux. Les routes en bord de mer sont délicieuses. On se croirait, pour ceux qui connaissent, en Irlande... avec du soleil et 30°C. D'ailleurs chose étonnante, mais alors que nous sommes encore en France, le réseau de nos téléphones est désormais anglais. Les îles de Jersey et Guernesey nous font face. Nous faisons une vraie pause dans le petit village de Gourry et j'improvise une petite séance photo avec en fond la mer et son phare (encore un autre).

Arrivée au Nez de Jobourg. Plutôt buccolique non ?

Arrivée au Nez de Jobourg. Plutôt buccolique non ?

La mer et le ciel se rejoignent à l'horizon et offrent une sensation d'infini étrange. Au loin se trouve l'Angleterre pourtant !

La mer et le ciel se rejoignent à l'horizon et offrent une sensation d'infini étrange. Au loin se trouve l'Angleterre pourtant !

La couleur de la mer est superbe. On ne se croirait pas dans le Sud hein ?

La couleur de la mer est superbe. On ne se croirait pas dans le Sud hein ?

Il est déjà pas loin de 18 h et nous devons rentrer sur Bayeux. Le Cotentin aura été une vraie découverte et un véritable coup de cœur. Une région à seulement 3h de Paris, idéal pour les balades à moto. Des endroits pittoresques et sauvages, des routes superbes en bord de mer qui méritent que l'on s'y attarde plus longuement. Au final, même si j'étais extrêmement déçu d'avoir dû annuler mon roadtrip en Auvergne, j'ai quand même réussi à voir du pays et découvrir un nouvel endroit en déconnectant quelques jours. Chers amis, je ne peux que vous inviter à visiter ce coin de la France, cela en vaut vraiment le détour. 

L'arrivée sur Gourry est magnifique, avec en fond le phare ! 

L'arrivée sur Gourry est magnifique, avec en fond le phare ! 

Le phare de Gourry

Le phare de Gourry

Avec un paysage comme celui-là, le Tiger se laisse prendre en photo...

Avec un paysage comme celui-là, le Tiger se laisse prendre en photo...

Une erreur s'est glissé sur cette image. Saurez-vous la retrouver ?

Une erreur s'est glissé sur cette image. Saurez-vous la retrouver ?

Les routes sont sinueuses du Cotentin sont superbes !

Les routes sont sinueuses du Cotentin sont superbes !

 

 

Essai de la Nine T au Motors and Soul 2017

Essai de la Nine T au Motors and Soul 2017

Paris-Dunkerque (5e édition)

Paris-Dunkerque (5e édition)