Erreur de casting : la Yamaha MT09

Erreur de casting : la Yamaha MT09

Parfois, tu tentes des expériences bizarres, dans la vie. Mais, tu ne sais pas vraiment pourquoi. Il y a une force au fond de toi qui te dit : "vas-y mon gars, fais-le, on a qu'une vie après tout !". Voilà, le genre de bons sentiments qui te déculpabilise facilement de lâcher du pognon dans une nouvelle bécane. Certes, il aura fallu vendre la Honda NC 700X assez rapidement pour prendre ce petit bolide, la bien nommée, Yamaha MT09 en version ABS, bien sûr. C'était en février 2014 et je n'étais pas peu fier de mon choix à l'époque. Fini les Bisounours ! Je quittais une bécane de seulement 52 bourrins pour passer à autre chose de plus muscler avec ses 106 chevaux, ni plus, ni moins. Je faisais donc le grand pas après un an et demi de permis. 

C'est vrai que j'ai fini par m'ennuyer sévère sur ma NC 700X. Quel moteur asthmatique, quel manque de pêche ! Combien de fois je me suis fait des frayeurs lors de dépassements un peu limites. Il me fallait autre chose de plus ludique et avec de vraies sensations. Ma nana étant enceinte de jumeaux, c'est bel et bien seul que j'allais utiliser cet engin. Tant mieux, puisque c'est le genre de moto où le passager n'est pas vraiment le bienvenu. 

Et je n'ai pas fait les choses à moitié. Je ne sais pas encore ce qu'il m'est passé par la tête, mais je l'ai équipée comme la moto parfaite du kéké : ligne Akrapovic, poignées dorées, leviers dorés, sabot moteur, saute vent, etc... Bref, j'ai mis le paquet ! 

La voici à sa sortie du concessionnaire.

La voici à sa sortie du concessionnaire.

Heureusement qu'elle était en rodage la Yam', parce que c'est le genre de bestiole qui t'arrachait les bras. Le concess' m'avait bien expliqué qu'il y avait deux cartographies moteur. Le mode A qui font arriver les chevaux tout de suite et le mode B qui permet d'attaquer plus gentiment. Eh bien, tu sais quoi ? J'ai jamais utilisé le mode A. Parce que j'ai revendu cette moto au bout de 1200 km, soit deux mois après mon achat. Cela peut paraître dingue, mais ce n'était pas du tout ce que je cherchais finalement.

J'aimais bien cette moto tout de même, je trouvais qu'elle avait de la gueule.

J'aimais bien cette moto tout de même, je trouvais qu'elle avait de la gueule.

J'ai beaucoup apprécié la disponibilité de ce trois cylindres, mais trop peu pour moi. Je me disais que si je gardais cette moto, je risquais soit de perdre mon permis, soit de perdre... la vie ! Ce n'était pas sérieux. J'allais être père pour la première fois d'un petit gars et d'une petite fille, et je n'avais pas envie de prendre des risques inutiles. Je l'ai donc revendue rapidement et pas trop mal (bon, j'ai forcément perdu de l'argent dans l'histoire). Cela n'empêche que je pense toujours beaucoup de bien de cette moto qui reste très plaisante à piloter. Un vrai rail, très joueuse, mais elle ne correspondait pas du tout, finalement, à ce dont j'avais envie sur le moment : une moto avec du caractère sans forcément avoir trop de puissance, qui de toute évidence n'a plus d'utilité sur les routes de France truffées de radar. Mon regard se portait alors vers les motos rétros ou néo rétro, mon coup de cœur depuis toujours. J'avais déjà un nouveau projet en tête. 

Oui... bon, les poignées dorées... pourquoi pas non ?

Oui... bon, les poignées dorées... pourquoi pas non ?

LA ROUTE DES GRANDES ALPES – Ep. 01 – La transition

LA ROUTE DES GRANDES ALPES – Ep. 01 – La transition

AUVERGNE – Ep. 03 – ENTRE TOSCANE ET VOLCANS

AUVERGNE – Ep. 03 – ENTRE TOSCANE ET VOLCANS