AUVERGNE – Ep. 02 – LE BON CHOIX

AUVERGNE – Ep. 02 – LE BON CHOIX

Nous y sommes.
Après avoir rêvé de virolos verdoyants, de paysages bucoliques et de coucher de soleil dignes des plus belles cartes postales (car je connais le potentiel de cette région de France), direction Clermont-Ferrand, plus exactement à 40 km à l'est de cette ville, dans un petit bled qui s'appelle Domaize, en plein cœur du parc régional du Livradois-Forez. Nous y avons retenue une chambre dans un gîte motard, histoire de passer quelques jours dans la région et faire des ballades en étoile et puis, évidemment, profiter du cadre ainsi que des produits du coin.

Le 13 mai 2016, c'est parti pour rejoindre Domaize (Auvergne) au départ de Fontenay-Sous- Bois (Val de Marne), soit plus de 500 km à enquiller.

Le 13 mai 2016, c'est parti pour rejoindre Domaize (Auvergne) au départ de Fontenay-Sous- Bois (Val de Marne), soit plus de 500 km à enquiller.

En attendant ce magnifique programme, il va falloir se taper 500 km d'autoroute ou "autobeurk" comme disent certains motards. Jusqu'ici, je n'avais réalisé que de courts trajets sur autoroute. A peine quelques 200 km par ci et là. L'expérience m'avait effectivement paru un peu pénible à la longue mais rien d'insurmontable. D'autant que, pour le coup, la moto est tout confort : selle chauffante, poignée chauffante, bulle haute, GPS et intercom pour dialoguer avec ma (pipelette) passagère. Cela va être aussi l'occasion de tester réellement le "cruise control" de la moto. Parce que tu te doutes bien qu'à Paris, en interfile sur l'A86, c'est compliqué de l'enclencher. Bref, la moto est flambante neuve et j'ai hâte de lui mettre des bornes dans le cornet.

Et bien, tu sais quoi ? Je suis peut-être un motard en carton mais j'ai enquillé les 500 km d'autoroute ea-sy ! Et je vais te faire une confidence : j'ai même pris du plaisir ! Je dirais même que je n'ai pas vu passer les bornes tellement nous étions excités de partir et de rouler vers d'autres horizons. A 200 km de la fin, la pluie s'est mêlée à notre joie et nous n'avons même pas vu la différence. Enfin, peut-être pas pour ma passagère qui avait, pour l'occasion, investit dans des chaussures étanches, mais qui ne le seront finalement pas du tout.

Nous arrivons à la ferme de Poules Rousses à Domaize avec un temps d'automne (mais si, tu sais le même que nous avons à Paris depuis 2 mois : ciel plombé et pluie fine : un régal !). Je suis doublement heureux. D'abord parce que nous sommes arrivés sans encombre et sans fatigue à destination. Ensuite, parce que je suis sacrément content de cette nouvelle moto. Je suis, à ce moment, encore plus convaincu d'avoir fait le bon choix en me dirigeant vers ce trail. Même si j'ai, pour cela, vendu ma Honda NC750X et surtout ma belle Triumph Thruxton (mais nous en reparlerons bientôt). Le Tiger est une formidable routière, cela ne fait aucun doute, avec tout le confort nécessaire pour tailler la route, même à deux. Je me suis senti en confiance totale, une puissance disponible en toutes circonstances grâce à ce fabuleux moteur à trois cylindres. Quant au cruise control (ou régulateur de vitesse), rien à voir avec un gadget de motard fainéant. C'est assurément LE truc en plus ! Outre l'aspect pratique qui permet de se reposer le poignet en route sans lâcher l'accélérateur, c'est aussi l'occasion de garder son permis de conduire. On ne se soucis plus de la vitesse, elle est calée à 135 km/h (seuil de tolérance oblige). Et j'ai tout le loisir de regarder le paysage, envoyer un sms, manger une glace ou allumer une clope (plus dur ça...) Bref que du bonheur ! Je te le dis, moi et cette bécane, c'est une histoire d'Amour ! 

Le soleil est là, derrière les nuages, suffit de l'imaginer... très fort ! 

Le soleil est là, derrière les nuages, suffit de l'imaginer... très fort ! 

AUVERGNE  –  CLIP VIDÉO DU VOYAGE

AUVERGNE – CLIP VIDÉO DU VOYAGE

AUVERGNE – Ep. 01 – DE L’AVENTURE ?

AUVERGNE – Ep. 01 – DE L’AVENTURE ?